Publication de WebCompostella

Le chemin nous apprend la joie du dépouillement : vivre avec peu, avec mon sac à dos, dont le poids est décisif pour continuer à marcher, avec peu d’habits, la nourriture et l’eau pour le jour même… Ne peut-on faire un parallèle avec ce que nous vivons en ce moment : dépouillés de la présence de nos amis, de certains de nos proches ; dépouillés de notre travail bien souvent, du rythme régulier, parfois frénétique, de nos activités ; privés d’espace, de nature pour certains, de liberté. 

Poursuivre la lecture de l’article

Retrouver tous les articles de WebCompostella