Lorenzo, premier pèlerin à arriver à Santiago « 

« …Il n’y a pas de meilleure thérapie que le Camino »

FENE (LA Corogne) 12 juin 2020

EXTRAITS DU TEXTE ORIGINAL

Il est trois heures et demie de l’après-midi. Lorenzo entre dans la place de l’Obradoiro déserte. Personne ne l’accompagne. Il a du mal à retenir ses larmes. Sa fatigue est proportionnelle à l’émotion. Il est le premier pèlerin qui arrive à Saint-Jacques-de-Compostelle par le Camino Primitivo après la fermeture à double tour des voies jacquaires par la pandémie.
« Ma grande obsession pendant la quarantaine était de faire le Chemin. Je pensais : « le jour où je pourrai fouler le chemin, je le ferai », commente Lorenzo Medin.
…Une des choses qui a le plus impressionné Lorenzo est de voir comment, en à peine deux mois, l’herbe avait envahi certains chemins. « J’ai ouvert les chemins », assure-t-il. Il prétend être le premier d’une multitude. « C’est un Chemin revendicatif. Je suis venu pour affirmer ma responsabilité de pèlerin individuel, pour montrer à tout le monde que c’est possible et sûr », commente-t-il. « L’enfermement a été très dur. …. Je pense qu’après le confinement, il n’y a pas d’activité plus saine, plus humaine et meilleure pour déconnecter que celle-ci. Il n’y a pas de meilleure thérapie que le Chemin », ajoute-t-il.
Il reconnaît que pendant les quatre étapes qu’a duré sa traversée il n’a pas été facile de trouver un logement. « Presque tout est encore fermé », commente-t-il. Pourtant, chaque jour, il a trouvé un endroit pour se loger. « Les auberges s’adaptent pour que le Chemin soit un endroit sûr. Espérons qu’à partir du 1 juillet, il se remplira à nouveau « , commente-t-il.
Dans le sac à dos, comme lui, les pèlerins devront avoir des masques et du gel désinfectant. Quel mal fait-on à qui que ce soit ? » se demande-t-il. « Ici, quand il y a du monde, si vous voulez rester à 20 mètres, vous pouvez.
Vous êtes à l’air libre. Il n’y a pas de meilleur endroit », insiste-t-il. 

Traduction José Torguet, Président des Amis de Saint Jacques de Compostelle de Gradignan 
Photo: Lorenzo, pèlerin en marche – Source: Nius diario